LETTRES ET NOTES CANETOISES

Aller au contenu

Menu principal

Lafayette et l'Hermione

Quelques lectures > 2015-2016

La Fayette (1757 - 1834)
Le « Héros des Deux Mondes »

Un jeune homme plein d'audace
Né en Auvergne le 6 septembre 1757, au château de Chavaniac, Gilbert Motier, futur marquis de La Fayette, perd très tôt son père, tué à la guerre. Il épouse à 17 ans une jeune et très riche héritière, Marie de Noailles. Cette alliance lui donne accès à la Cour de Versailles et au roi Louis XV.

Assoiffé d'aventures, il rencontre en secret Benjamin Franklin, venu plaider à Versailles la cause des Insurgés américains et, malgré l'opposition de sa famille, quitte l'armée et décide de rejoindre l'Amérique.

Il embarque donc le 17 avril 1777 avec quelques fidèles près de San Sebastian, sur la Victoire, une frégate affrétée à ses frais, grâce à une avance sur sa fortune.

Il a 19 ans quand il débarque à Georgetown le 15 juin 1777.

La Fayette se présente à Philadelphie devant le Congrès américain et revendique humblement le droit de servir comme simple soldat. On lui attribue le grade de major général et il devient le proche collaborateur et l'ami du commandant en chef George Washington qu’il considère comme un père.

Comme les autres nobles européens, il va témoigner au combat d'une bravoure et d'un professionnalisme bien supérieurs à ceux des volontaires américains.

Au printemps 1779, il revient en France, où il reçoit un accueil triomphal, et plaide la cause de l'insurrection. Il réclame l'envoi d'un corps expéditionnaire. Accédant à sa demande, le roi Louis XVI envoie un corps de 6.000 hommes outre-Atlantique sous le commandement du général de Rochambeau.

La Fayette devance le corps expéditionnaire.  Il embarque à Rochefort-sur-mer le 21 mars 1780 sur la frégate L'Hermione que lui a donnée le roi et arrive à Boston le 28 avril suivant.

À la tête des troupes de Virginie, il harcèle l'armée anglaise de lord Cornwallis et fait sa jonction avec les troupes de Washington et Rochambeau.
Les troupes anglaises sont  dans l'impossibité de recevoir des secours par mer du fait du blocus effectué par la flotte de Lafayette. C'est ainsi que les alliés franco-américains remportent la victoire décisive de Yorktown le 17 octobre 1781.

C'est pratiquement la fin de la guerre d'Indépendance. En attendant le traité de paix qui sera signé à Versailles, La Fayette peut s'en revenir en France, couvert de gloire et d'honneur.



Retourner au contenu | Retourner au menu